Logo Association des Gîtes

Réseau des Gîtes Classifiés

Les gîtes classifiés du Québec

du Québec, Canada


10, rue de la Chapelle - La Malbaie (Québec)
Canada G5A 3A3

Tél. : +1 418 665 2323

 

- DOSSIER CLASSIFICATION -

 

Le Réseau des Gîtes Classifiés du Québec, Canada – RGCQC - est un regroupement de gîtes familiaux à l'échelle de la Province du Québec, reconnu par Tourisme Québec.
Il est régi et administré par une association à but non lucratif, juridiquement et légalement constituée, l'Association des Gîtes de la Gaspésie, qui a été créée en 1994 en Gaspésie.

La vocation première du RGCQC est de garantir une qualité optimale d'hébergement grâce à l'application d'un système de classification des gîtes.
Celui-ci a été conçu avec la plus grande rigueur par Nicole Roger, en tenant compte des Règlements municipaux, du Code du Bâtiment, des exigences de l'urbanisme, de la Loi sur la protection des incendies, des critères exigés par les compagnies d'assurances et de la Réglementation des Etablissements Touristiques du Québec.
Il s'appuie sur un questionnaire en trois volets (Hygiène et Sécurité, Confort et Services, Environnement et Activités Sociales). Les critères relatifs à l'hygiène et à la sécurité doivent être obligatoirement respectés. La grille comprend au total 90 questions, à partir desquelles un pointage est établi. Elle est contrôlée sur place par les agents classificateurs du Réseau des Gîtes Classifiés et finalement validée par le Conseil d'Administration qui détermine avec le délégué de région la cotation du gîte sur une échelle de un à cinq cœurs.
Ce système de classification, qui répond à la fois à un objectif de satisfaction de la clientèle, en particulier des touristes internationaux, et en même temps au caractère spécifique de l'hébergement familial, a été déposé à l'Office de la Propriété Intellectuelle du Canada, le 5 avril 1995. Il est enregistré sous le numéro 440915 et ses droits d'auteur sont la propriété de Nicole Roger. Il a fait l'objet d'une présentation officielle devant la Commission Parlementaire de l'Administration Publique du Québec, le 2 décembre 1996. L'Association des Gîtes de la Gaspésie, qui régit et administre le RGCQC, est propriétaire de la marque de commerce déposée "Gîtes Classifiés".

La démarche de classification du Réseau des Gîtes Classifiés à partir d'un questionnaire à l'usage exclusif des gîtes constitue une innovation au Québec. L'Association des Gîtes de la Gaspésie a tenu un rôle précurseur en la matière puisque les premières initiatives avancées par Tourisme Québec sont assez récentes. Pour élaborer, améliorer et appliquer ce système, qui est maintenant parfaitement rodé, l'Association a consacré plus de 225,000 $, entièrement autofinancés.
L'intégralité des investissements du RGCQC ont été réalisés avec ses propres ressources, sans aide publique, sur une base volontaire d'autonomie financière collective
.

Afin d'assurer son développement et sa promotion, tant sur le plan national qu'au niveau international, le RGCQC a mis en place son site Internet en mars 1997. Ce site est actuellement très bien positionné sur les outils de recherche mondiaux et il a reçu plus de 2,700,000 visiteurs uniques depuis sa création.

Pour compléter cette action, le RGCQC publie chaque année la carte des Gîtes Classifiés en 15,000 exemplaires qui sont distribués gratuitement.
Depuis janvier 1998, le RGCQC dispose également de correspondants, qui interviennent directement en Europe auprès des particuliers et des collectivités, dans le but de mieux faire connaître les Gîtes Classifiés auprès des visiteurs potentiels.

L'Association des Gîtes de la Gaspésie, à l'origine régionale, a connu depuis sa fondation un développement régulier et constant.

Présente aujourd'hui dans 12 régions du Québec, elle offre aussi ses services au Nouveau Brunswick. Elle s'appuie sur un système de classification fiable, parfaitement adapté aux gîtes et apprécié par toute sa clientèle qui y retrouve à la fois l'emblème de l'hospitalité familiale et le rapport qualité/prix.

Dans la perspective d'un processus généralisé de classification des établissements touristiques du Québec, en particulier des gîtes, le Réseau des Gîtes Classifiés a considéré qu'il était logique et légitime que son système de classification obtienne une reconnaissance officielle de la part des autorités gouvernementales.

Dans ce sens, la Présidente et Directrice Générale du RGCQ, Nicole Roger, a adressé un courrier le 24 août 1998 au ministre délégué au Tourisme, afin de formaliser cette demande d'agrément. En même temps, le RGCQ a sollicité plusieurs ministères (Finances, Culture, Emploi et Solidarité, Relations Internationales, Travail, Affaires Municipales) afin d'obtenir leur appui dans sa démarche.

Parallèlement une lettre ouverte a été adressée au Premier Ministre du Québec, Monsieur Lucien Bouchard afin de le sensibiliser aux problèmes induits par la mise en place du "Programme de Qualité" de Tourisme Québec et du mécanisme de classification des gîtes qui en découle.

Malgré le soutien apporté par Madame Louise Harel, Ministre d'état de l'Emploi et de la Solidarité, le ministère du Tourisme, par l'intermédiaire de Tourisme Québec, a rejeté dans un courrier en date du 1er octobre 1998 le principe d'une reconnaissance officielle du système des Gîtes Classifiés, au motif que celui-ci ne répondrait pas à des normes de qualité internationales.

Contestant formellement cette interprétation, le RGCQC a publié un communiqué de presse et a sollicité l'avis de la Commission Canadienne du Tourisme.


Pour nous, la classification, c’est obligatoire !
(Flux et Reflux - mars 1998)

Arro7n2.gif (1006 bytes)

Retour vers le  texte initial

 

Les Gîtes Classifiés du Québec ont investi une somme de 147 504.59$ pour la mise sur pied et l’application de leur propre système de classification obligatoire, rodé avec succès depuis trois ans.

Soulignons que notre regroupement a connu une progression de 370 % depuis sa fondation en novembre 1994.

Il est tout aussi à notre honneur de mentionner notre autonomie tant administrative que financière, et qu’en aucun temps, nous n’avons eu recours à une aide financière gouvernementale. Notre financement provient essentiellement des cotisations de nos membres et de nos commanditaires.

Sur le plan international, nous avons investi une partie de notre budget à la conception du site Internet du réseau des Gîtes Classifiés, qui fut lancé le 30 mars 1997, ce qui nous donne accès à une promotion mondiale. Le nombre d’usagers en onze mois dépasse le cap des 25 000 visiteurs...une autre corde à notre arc ! 

De son côté, le gouvernement du Québec a consenti un budget de trois millions, versés à raison d’un million par année, durant trois ans, à Tourisme Québec, dans le but d’améliorer la qualité des services offerts par tous les établissements touristiques au Québec, en implantant un système de classification. Ce qui nous apparaît surprenant et dérisoire, c’est  que cette classification n’est pas obligatoire!
Il est à noter également que cette classification sera au frais de l’établissement : 50$ en 1998, 99$ en 1999, ces frais se rajoutant à ceux du permis. Ces trois millions servent à soutenir la Corporation des services aux établissements touristiques du Québec (CSETQ) dont le Conseil d’administration est composé de Tourisme Québec, des différentes Associations hôtelières du Québec, des ex dirigeants de Canada Sélect Québec ainsi que de la Fédération des Agricotours qui, elle, est déjà largement subventionnée entre autres par le Ministère des Affaires Municipales (par le biais de Loisir Québec), par l’Union des Producteurs Agricoles et désormais, par la CSETQ.
Soulignons qu’Agricotours n’ont aucune expertise en classification envers et malgré leur vingt trois ans d’existence.
Que Tourisme Québec veuille se doter de standards de qualité reconnus sur le plan international, c’est louable et surtout nécessaire, particulièrement dans le contexte du marché international, actuellement à la baisse pour le Québec, mais qu’il utilise des fonds publics pour offrir aux établissements d’hébergement une classification non obligatoire, donc contradictoire avec leur objectif de qualité, voilà une lacune qui, à notre avis, est une facture difficilement encaissable par les contribuables.


Courrier au ministre délégué au Tourisme

Arro7n2.gif (1006 bytes)

Retour vers le  texte initial

 

 Le 24 août, 1998

Monsieur David Cliche
Ministre délégué au Tourisme
900, boul. René-Lévesque Est
Québec (Québec)
G1R 2B5

Monsieur le Ministre,

En ma qualité de présidente et directrice générale du Réseau des Gîtes Classifiés© du Québec, j’ai l’honneur de demander la reconnaissance officielle par votre ministère de notre système de classification, dont nous vous joignons copie.

Avant de développer sur le contenu de notre questionnaire, il me semble utile de présenter notre organisme et de rappeler certaines étapes de nos relations avec vos services.

Nous sommes un regroupement de gîtes familiaux, créé sous la forme d’une association en 1994 en Gaspésie, dans le but de garantir des normes de qualité d’hébergement pour la réception des touristes.

A cette fin, nous avons construit par nos propres moyens notre système de classification, reposant sur des critères stricts d’hygiène, de sécurité et de qualité. Rapidement, nous avons proposé nos services dans toute la Province et nous sommes également présents aujourd’hui au Nouveau Brunswick.
Afin d’assurer notre développement et notre promotion, tant sur le plan national qu’au niveau international, nous avons mis en place notre site Internet en mars 1997.
La conception et la mise en œuvre de ce support ont été réalisées avec nos propres moyens financiers, sans recours à la moindre subvention.
Dès le départ, nous étions convaincus de l’importance de ce média comme vecteur de développement pour notre association. Notre site est actuellement relié sur 530 outils de recherche mondiaux et il a reçu plus de 50,000 visiteurs depuis sa création.
Pour compléter cette action, nous publions chaque année la carte des Gîtes Classifiés© en 50,000 exemplaires que nous diffusons gratuitement.
Depuis cette année, nous disposons aussi de correspondants, qui interviennent directement en France auprès des Comités d’Entreprise, des associations et des particuliers dans le but de mieux nous faire connaître auprès de nos visiteurs potentiels.
Depuis la date de dépôt de notre questionnaire de classification, le 5 avril 1995, nous sommes en relation avec le ministère du Tourisme.

A cette époque, le contenu de notre système a été commenté et expliqué à Madame Rita Dionne-Marsolais, ministre déléguée au Tourisme, avec laquelle nous avons eu de nombreux échanges.
De plus, il a fait l’objet d’une présentation officielle devant la Commission Parlementaire, le 2 décembre 1996. Notre marque de commerce " Gîtes Classifiés " a été déposée et enregistrée à l’Office de la Propriété Intellectuelle du Canada.
Il faut reconnaître que nous avons innové en créant un système de classification à l’usage exclusif des gîtes et nous avons tenu un rôle précurseur puisque les premières initiatives avancées par Tourisme Québec ont été très postérieures aux nôtres.
Pour éviter toute ambiguïté, nous voulons vous dire que nous ne contestons pas la pertinence de mettre en place un système de classification obligatoire pour tous les gîtes.
Notre système répond à la fois à un objectif de satisfaction de notre clientèle, en particulier de nos visiteurs internationaux, et en même temps au caractère familial propre à notre mode d’hébergement. C’est précisément le but que nous nous étions fixé, il y a plus de 4 ans, en créant notre questionnaire. C’est cette position que nous avons eu l’occasion d’exprimer lors de la réunion qui s’est tenue le 30 mai 1997, sur l’initiative de Tourisme Québec et de la CSETQ.
Par la suite, nous l’avons à nouveau exposée à Madame Lucille Daoust, sous-ministre associée. Cependant, il nous semble assez difficile d’établir un dialogue dans les conditions qui nous sont imposées.

Dans un autre courrier en date du 28 novembre 1997, Madame la sous-ministre nous indiquait que " Tourisme Québec est à développer avec l’industrie touristique un programme qualité qui sera respectueux des initiatives déjà prises en cette matière par les diverses associations sectorielles d’envergure provinciale, et qui visera notamment l’instauration d’un sceau de qualité ".
Nous pouvons donc légitimement penser que notre action dans le domaine de la classification sera prise en compte, puisque nous intervenons au plan provincial et que nous sommes reconnus par Tourisme Québec, comme nous l’a confirmé par écrit Monsieur Claude Laporte, Directeur des Etablissements Touristiques TQ, le 17/02/97. Madame Daoust précisait plus loin : " …le programme n’a pas pour objet de financer, en tout ou partie, des initiatives, des mesures ou des programmes qui sont déjà autofinancés par divers organismes et associations ".
Même si les faits démontrent actuellement qu’à certains égards, Tourisme Québec fait preuve de plus de souplesse que ce qu’il annonçait alors dans ces termes, nous devons préciser que notre but n’était et n’est toujours pas d’obtenir la moindre subvention au titre de notre système de classification.
Si nous avons réalisé des investissements financiers très importants, tant pour la mise en place et l’amélioration de notre système de classification (rodé avec succès depuis 4 ans) que pour le développement de notre site Internet, nous l’avons fait, dès le départ, sur la base d’une volonté d’autonomie et de prise en charge collective de notre propre association.
Nous espérons que le Gouvernement, pour sa part, prenne en sérieuse considération cette prise en charge du milieu. Cela nous paraîtrait plus équitable.
Nous avons appris depuis que la Fédération des Agricotours a reçu en fin d’année dernière le mandat de procéder au montage d’un système de classification applicable à l’ensemble des gîtes du Québec.
Nous ne souhaitons pas ouvrir une polémique à ce sujet, tant les raisons de ce choix nous semblent évidentes sur le plan structurel. Nous avons le sentiment d’être mésestimés et placés devant un fait accompli, ce qui est tout à fait contraire à l’esprit de concertation et d’équité que semblait vouloir annoncer Tourisme Québec dans ses écrits.
Nous souhaitons souligner notre étonnement face à la décision prise, quant au mandat donné à la Fédération des Agricotours, qui n’est jamais parvenue à mettre en place le moindre système de classification en 23 ans d’existence malgré les larges moyens tant financiers que matériels qui lui sont attribués. Elle se retrouve ainsi dans une position ambigüe de monopole vis à vis de l’ensemble des gîtes. Nous sommes donc très réservés quant aux suites de ce dossier, car le futur système serait tout simplement calqué sur les normes hôtelières et ne répondrait pas, ou très peu, au caractère familial de notre activité.
Dans les faits, notre rôle ne se limite pas simplement à la réception d’une clientèle selon un principe classique d’hébergement. En tant que gîtes familiaux, nous sommes amenés à partager l’intimité de notre foyer avec les visiteurs du monde entier. La très grande majorité d’entre eux viennent de l’étranger et ils sont pour la plupart francophones, ce qui nous donne l’occasion de nombreux échanges. Nous avons particulièrement à cœur d’assumer ce rôle d’ambassadeur, car nous pensons qu’il s’agit d’un moyen sûr de garantir une promotion efficace du Québec. Ce privilège ouvre notre esprit à d’autres modes de pensées et il nous permet aussi de faire bénéficier nos hôtes de notre propre héritage culturel québécois. Cet épanouissement culturel est non seulement profitable à tous nos membres, mais concourt également au développement du Québec dans son ensemble. Il rejoint d’ailleurs les vœux que vous-même exprimiez au Journal de Québec le 20 novembre dernier. J’aurais grandement apprécié de converser avec vous, Monsieur le Ministre, sur tous ces sujets, comme vous même en avez exprimé le souhait à l’issue de votre réunion à Québec, le 26 mai dernier. Votre secrétariat semble avoir posé certains obstacles à notre rencontre.

En terminant, voici quelques précisions sur le contenu de notre questionnaire de classification : Nous l’avons construit de façon à répondre aux exigences d’hygiène et de sécurité, ainsi qu’en recherchant une méthode de classification réellement adaptée aux caractéristiques d’un gîte familial.
Il a été conçu en tenant compte des Règlements municipaux, du Code du Bâtiment, des exigences de l’urbanisme, de la Loi sur la protection des incendies, des critères exigés par les compagnies d’assurances et de la Réglementation des Établissements Touristiques du Québec.
Les 30 premières questions sont obligatoires et tout défaut est rédhibitoire, le 2ème volet – Confort et Services – a été établi à partir de nos 30 ans d’expérience en voyages et la 3ème partie, consacrée à l’environnement et aux activités sociales disponibles, dépend de la localisation du gîte.
Sur la base du principe d’équité entre les composantes de l’industrie touristique, souventes fois mentionnée par vos services, nous vous demandons aujourd’hui d’accorder à notre système la reconnaissance officielle de votre ministère.

Afin de soutenir notre démarche, nous avons également sollicité l’appui de plusieurs ministres : Monsieur Landry aux finances, Madame Beaudoin pour les affaires culturelles, Monsieur Simard pour les relations internationales, Madame Harel pour la condition féminine, Monsieur Rioux pour le travail et Monsieur Trudel pour les affaires municipales.
Nous vous avons adressé copie de ces correspondances.

Vous remerciant d’avance de l’intérêt que vous voudrez bien porter à notre demande et dans l’attente de votre réponse, j e vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de notre considération distinguée.

Nicole Roger, Présidente et Directrice générale


c.c. Monsieur Lucien Bouchard, Premier Ministre
      Aux membres des Gîtes Classifiés© / Flux et reflux.


Lettre ouverte à Monsieur Lucien Bouchard Tourisme : 
Pourquoi réinventer la roue, avec des fonds publics ?

Arro7n2.gif (1006 bytes)

Retour vers le  texte initial

 

Le 24 août, 1998

Monsieur le Premier Ministre,

En reprenant le thème avancé par votre gouvernement sur la "décentralisation au profit des régions", j’attire votre attention sur le préjudice qui nous est causé par vos fonctionnaires, dont les actes aboutissent à l’inverse de votre politique... ce, avec des fonds publics !
Depuis 4 ans, sur une base volontaire d’autonomie financière et de prise en charge collective de notre propre association à but non lucratif, nous offrons nos services à l’ensemble des Gîtes du Québec. L’Association des Gîtes de la Gaspésie (A.G.G.) est juridiquement et légalement constituée et possède la marque de commerce déposée: " Gîtes Classifiés ".
Le réseau des Gîtes Classifiés© régi et administré par l’A.G.G., un organisme officiellement reconnu par Tourisme Québec, s’est rapidement étendu à l’échelle provinciale et a connu un essor de 370% en 3 ans. Il offre, par le biais de son site Internet relié à 530 outils de recherche, une visibilité à l’échelle mondiale. De plus, nous produisons annuellement un prestigieux dépliant distribué gratuitement à plus de 50,000 exemplaires.
En matière de classification, nous offrons un produit de haute qualité et notre système est rodé avec succès depuis 4 ans. Celui-ci a été conçu avec la plus grande rigueur, en tenant compte des Règlements municipaux, du Code du Bâtiment, des exigences de l’urbanisme, de la Loi sur la protection des incendies, des critères exigés par les compagnies d’assurances et de la Réglementation des Établissements Touristiques du Québec.
Depuis notre fondation, nous avons investi 175,000$ dans l’élaboration, l’amélioration et l’application de ce système de classification.
Nos membres ont fait des investissements régionaux de l’ordre de 15 millions $ pour offrir 400 chambres en Gîtes Classifiés© .
Lors du dépôt du budget Landry 1997-1998, les crédits annoncés de l’ordre de 3 millions $, servent présentement à soutenir la Corporation des Services aux Établissements Touristiques du Québec.
Celle-ci, administrée par les Associations Hôtelières du Québec, la Fédération des Agricotours et Tourisme Québec, utilise ces fonds publics pour l’élaboration et l’application du Programme de Qualité.
La Fédération des Agricotours a été mandatée pour l’élaboration du système de classification applicable à l’ensemble des gîtes du Québec.

Face à cette situation, voici la question que nous nous posons :  Pourquoi réinventer la roue à partir de fonds publics alors qu’elle existe déjà ?

Notre propre système répond à la fois à un objectif de qualité et aux caractéristiques de notre mode d’hébergement.

Attention : L’organisme mandaté n’a pas su, en 23 ans d’existence, mettre sur pied le moindre système pour ses membres, malgré les aides financières et matérielles qui lui ont été attribués par différents ministères. Alors que le taux de chômage est très élevé dans notre région (Gaspésie), notre organisme pourrait créer, avec le mandat de classifier tous les gîtes du Québec, une vingtaine d’emplois destinés à de jeunes diplômés en Tourisme....il nous paraît inéquitable que ce mandat ait été, à nouveau, accordé à des fonctionnaires !
Tel que nous l’avons déjà fait auprès des Ministères de la Culture et des Communications, de l’Emploi et de la Solidarité, Responsable de la Condition féminine, des Finances, des Relations internationales, du Travail et des Affaires municipales, nous sollicitons votre appui, Monsieur le Premier Ministre, et votre intervention auprès du Ministre délégué au Tourisme pour obtenir la reconnaissance officielle de notre système de classification, dont nous vous faisons suivre un exemplaire par courrier.
 

Nicole Roger, Présidente - A.G.G. & le Réseau des Gîtes Classifiés du Québec.
808, Bellevue Ouest, les Méchins (Québec) GOJ 1TO - Tél./Fax : (418) 729 3483
Internet : www.gites-classifies.qc.ca / É mail : aggite@gites-classifies.qc.ca -


Pour voir la lettre originale :Lettre de Mme Louise Harel

Arro7n2.gif (1006 bytes)

Retour vers le  texte initial


Pour voir la lettre originale :Lettre de Monsieur Claude Laporte

Arro7n2.gif (1006 bytes)

Retour vers le  texte initial


COMMUNIQUÉ Un système de classification des gîtes répondant à des normes internationales ? … une vaste fumisterie !!!

Arro7n2.gif (1006 bytes)

Retour vers le  texte initial

Comme l'indique l'Organisation Mondiale du Tourisme dans son Rapport sur la législation touristique (www.world-tourism.org/legislac/cam27-4i.htm), les règles applicables à l'hébergement sont les suivantes :Article II.6 – Rules governing accomodation :"Technical rules are highly detailed and all classify hotels according to stars, ranging from one to five. However, accomodation establishments that are not classified as hotels are regulated on the basis of considerations peculiar to each country, generally associated with their geographical characteristics."
Traduction française : "Les normes techniques sont très détaillées et toutes classent les hôtels par un nombre d'étoiles variant de une à cinq. Cependant, les établissements qui ne répondent pas à la classification d'hôtel sont réglementés sur la base de considérations propres à chaque pays, généralement associées à des caractéristiques géographiques."

Nous pouvons affirmer qu'il est non seulement impossible de classifier un gîte à caractère familial à partir d'un système qui se voudrait "international" mais qu'il serait de plus aberrant d'entreprendre cette démarche, voici pourquoi :

  • Comme le reconnaît l'Organisation Mondiale du Tourisme, la classification symbolisée par des étoiles ne concerne que les hôtels.

  • Contrairement à ce qui est avancé aujourd'hui par Tourisme Québec et la CSETQ, il n'existe aucun système international applicable aux Gîtes, Chambres d'hôtes, Bed and Breakfast, Couette et café ou tout autre établissement qui offre de "dormir et prendre le petit déjeuner chez l'habitant". Cela est vérifiable, notamment au niveau des pays du G7 (la France, l'Allemagne, le Japon, l'Italie, la Grande Bretagne, les États Unis et le Canada).

  • Vouloir établir un système uniforme et international de classification pour les établissements d'hébergement à caractère familial reviendrait à nier l'existence des particularités de chaque pays et la notion de différences culturelles et serait en contradiction avec les fondements du tourisme international.

  • Imposer une "exception" québécoise, en classifiant les gîtes familiaux avec le même symbole et la même échelle que les hôtels relève donc clairement d'une autre logique que de celle de répondre à une norme internationale, puisqu'il n'existe pas de norme internationale en la matière.

Comme nous le défendons au sein du Réseau des Gîtes Classifiésâ du Québec, chacun des établissements familiaux a son caractère unique, basé sur l'authenticité de la personnalité de chacun de ses propriétaires.
Avant tout, ce qui le différencie de la prestation hôtelière, c'est justement qu'on y retrouve une âme, une vie familiale et un vécu qui sont propres à chaque gîte.
D'ailleurs, notre symbole représente toute la chaleur humaine que nous offrons dans nos échanges avec nos visiteurs et c'est précisément ce qu'ils viennent rechercher dans l'intimité de nos foyers.

C'est sur cette base et pour cette raison que nous avons demandé la reconnaissance officielle de notre système de classification aux autorités gouvernementales et c'est à partir de cet argument que nous avons reçu le soutien formel de Madame Louise Harel, Ministre de l'Emploi et de la Solidarité.

Dossier Classification .... courriers adressés à :     


Source : Le Conseil d’administration des Gîtes Classifiés - Tel : 418 665-2323
Courriel : aggite@gites-classifies.qc.ca


Copyright © 2014 A.G.G. Tous droits réservés

 

Réseau des Gîtes Classifiés